Rechercher

Plastique à usage unique : quels pays ont interdit le plastique jetable en 2022 ?

Dernière mise à jour : 26 juil.


Principale cause de pollution dans le monde, la production de plastique à usage unique n’a cessé de croître ces dernières années. Entre 1950 et 2015 la quantité de plastique générée est passée de 2,3 millions de tonnes à plus de 448 millions de tonnes. D’ici 2030, ce chiffre devrait dépasser les 600 millions. L’usage unique représente aujourd’hui plus de 40% de la production de plastique mondial. Si nous recyclons une petite partie de ces déchets, une majorité finie souvent dans la nature et menace nos écosystèmes.


Pour lutter contre ce fléau, des mesures anti-usage unique commencent à voir le jour dans de nombreuses régions du monde. Où en sommes-nous dans la guerre contre le plastique ? Nous vous proposons un rapide tour des différentes lois contre l’usage unique dans le monde.


Pollution plastique dans le monde : quels sont les interdictions ?


Quels sont les pays qui ont déjà mis en place des mesures pour lutter contre les plastiques à usage unique ?


Le sac plastique déjà banni dans de nombreux pays


Quelques minutes d’utilisation pour des centaines d’années passées dans la nature avant de disparaître totalement. Lorsqu’on parle de plastique à usage unique, le sac plastique est souvent le premier déchet auquel on pense.


Le premier pays à interdire leur utilisation est le Bangladesh. Dès 2002, le pays a interdit totalement leur distribution. Cette décision a été prise après que ceux-ci ont causé de fortes inondations sur le territoire. Par la suite, de nombreux pays ont suivi le mouvement en interdisant le sac plastique de manière totale ou partielle, via la mise en place d’une taxe.



Les pays ayant interdit les sacs plastiques
Source : Statista (2021)

En Europe, leur utilisation est limitée voire interdite dans la majorité des pays. En France, par exemple, les sacs plastiques sont interdits depuis 2017. En Italie, l’interdiction est en place depuis 2015 et au Royaume Unis, une taxe de 5 pences instaurée sur les sacs distribués en caisse, a fait baisser de 85 % leur usage.


Sur le continent africain, l’Afrique du Sud a lancé le mouvement en interdisant dès 2003 les sacs jetables les plus fins. Dans les années qui suivent, plus d’une dizaine de pays comme le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda, le Kenya ou encore le Maroc ont fait de même.


En Amérique latine, c’est le Chili qui a fait le premier pas en votant l’interdiction en 2020. Le Costa Rica a également interdit les sacs plastiques au sein des parcs nationaux l’année dernière.



Qu’en est-il des autres déchets plastiques ?


Si limiter l’usage des sacs plastiques constitue déjà une première étape, cela reste insuffisant pour lutter efficacement contre la production de déchets plastiques. Des pays ont décidé d’aller un peu plus loin en s’attaquant à d’autres objets de notre quotidien.


En Europe, depuis le 1er juillet 2021, une directive interdit la commercialisation de certains plastiques à usage unique comme les pailles, touillettes en plastiques, couverts, etc. Des pays, comme la France, ont quelque peu anticipé cette mesure. Avec l’entrée en vigueur, en 2020, de la Loi anti-gaspillage pour une économie circulaire – dite loi AGEC, notre pays se fixe notamment l’objectif d’éliminer totalement l’usage du plastique jetable d’ici 2040 !


Retour maintenant en Asie, en Inde, où plusieurs états ont strictement banni les gobelets en plastique et les sacs plastiques jetables. Dans la capitale et l’état du Maharashtra, il est même interdit, depuis mars 2018, d'acheter, de vendre mais aussi de posséder ou d'utiliser du tout type de plastique jetable.


Plus ambitieuse encore, l’Île de la Dominique, située dans les Caraïbes, est devenue le 1er janvier 2019, le premier état à interdire tout objet en plastique à usage unique ainsi que les emballages en polystyrènes.



Quelles seront les prochaines interdictions en termes d’interdictions d’usage unique ?


Si certains pays ont déjà bien avancé en matière de lutte contre l’usage unique, d’autres ont encore à la traîne sur ce sujet. Néanmoins, plusieurs d’entre eux ont annoncé des mesures à venir d’ici les prochaines années.


Commençons par les Etats-Unis qui ont déclaré, le 8 juin dernier prendre des mesures pour limiter la production de plastique sur leur territoire. Parmi, les plus gros pollueurs au monde, ce pays génère plus du double des déchets de la Chine et davantage que tous les pays de l'Union européenne combinés. Leur objectif : supprimer progressivement les produits en plastiques à usage unique d’ici 2032.


En Nouvelle-Zélande et en Australie, des mesures arrivent aussi très prochainement. Ces deux pays souhaitent adopter des mesures interdisant des plastiques à usage unique respectivement en 2025 et 2024.


Pareil pour le Canada qui, en 2023, compte interdire six types de plastiques à usage unique sur l’ensemble de son territoire : sacs plastiques, pailles, touillettes, anneaux pour canettes, couverts, emballages polystyrènes.



Et si on arrêtait l’usage unique maintenant ?


Le plastique à usage unique n’est malheureusement pas la seule source de déchet sur notre planète. Depuis que son usage est limité, nous voyons, fleurir, de plus en plus d’alternatives en carton. En apparence, plus écologique, celles-ci ne sont pour autant pas moins polluantes. Nous le répétons souvent : le meilleur déchet reste celui que nous ne produisons pas et ça, certains pays l’ont bien compris. Les Pays-Bas, bons élèves en matière de lutte contre l’usage unique, ont décidé de s’attaquer aussi aux gobelets en cartons en signant leur interdiction dès 2024 !


Besoin d’une alternative à l’usage unique ? Découvrez notre solution de nettoyage écologique et instantanée auum-S : https://www.auum.com/demande-devis



Machine de nettoyage écologique auum-S

18 vues0 commentaire